DEVENIR MEMBRE Mot de passe oublié
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Le 3ème millénaire est sans doute celui de la révolution sexuelle. Toutes les orientations sexuelles s’affirment et défendent leurs droits, à s’aimer, se marier, fonder une famille. Paradoxalement, il n’y a jamais eu autant de célibataires en France ! Et ils souhaitent devenir parents, tout comme Marielle.

Marielle, commerçante, 34 ans

« Vivre seule, me débrouiller par moi-même, je pense que ça fait partie de mon éducation. On m’a appris à être indépendante à tout point de vue, pour subvenir à mes besoins, atteindre mes objectifs, résoudre mes problèmes au quotidien. C’est une force d’être aussi autonome, mais j’avoue, c’est lourd à porter.

J’aimerais parfois, vivre en couple pour ne pas avoir tout à gérer. Et c’est justement ce qui me fait peur, comment envisager de tomber amoureuse d’un homme que je chercher avant tout pour être aidée ? C’est sûrement pour ça que je ne suis pas jamais installée en couple. Ou peut-être parce que je n’ai jamais vraiment été heureuse en couple.
« Le célibat, un choix »
Je vois mes amies qui accouchent les unes après les autres et moi, toujours aussi seule ! J’ai tout de suite compris que je ne pouvais pas faire ma vie sans envisager d’être mère, quand j’ai vu leurs bébés, que je les ai pris dans mes bras. J’ai même su tout de suite quel genre de mère je serai. Sauf que… « elle a fait un bébé toute seule » ce n’est possible que dans les chansons ! J’ai cherché sur internet des témoignages d’autres femmes en mal d’enfant, un peu machinalement, par simple curiosité. J’ai découvert que nous étions nombreuses et que certaines devenaient vraiment mères célibataires.

Pour moi, la meilleure solution c’est la coparentalité, car je veux être mère mais je ne trouve pas l’amour. Un père célibataire en fait. Sur le coup, ça m’a posé question. Et l’enfant dans tout ça ? Il commence sa vie avec un seul parent ? Et puis j’ai repensé au nombre de fois où j’aurais préféré que mes parents se séparent, pour ne plus les entendre se disputer. Finalement, pour qu’un enfant grandisse, ne vaut-il pas mieux un parent heureux, que deux parents qui se détruisent ? Et puis j’ai compris que les coparents peuvent décider d’élever l’enfant à 2, sans vivre ensemble. Une bonne façon d’éviter les scènes de ménage ! »

Trouver un père célibataire, le parcours du combattant ?

Marielle recherche donc des hommes qui veulent devenir père sans être en couple. Elle consulte les profils du site, comme sur n’importe quel site de rencontre, pour dénicher le futur papa de son bébé. Jusqu’à présent, elle n’a rencontré que 2 hommes, mais elle n’a pas encore trouvé son binôme. La coparentalité étant encore peu répandue, notamment en zone rurale, les femmes qui désirent être mères célibataires ne trouvent pas toutes un coparent, et s’arment de patience.

Nos conseils pour devenir mère sans être en couple

Parfois, une femme vit une déception amoureuse. La déception de trop.

« Après tout, pourquoi rester en couple si c’est pour être malheureuse ? Mieux vaut vivre seule que mal accompagnée. »


Naissent alors dans leur esprit, l’idée de faire un enfant toute seule. Enfin presque ! Certaines choisissent de vivre une aventure sans lendemain, le bon jour, pour tomber enceinte. On appelle ça « faire un enfant dans le dos ». D’autres ne veulent pas écarter le père totalement, elles veulent qu’il sache et qu’il comprenne leur démarche. Voire même qu’il puisse être présent à certains moments, pour l’enfant. Parfois, elles optent carrément pour la garde alternée !

Un seul conseil est bon à prendre pour vous aider à faire le bon choix : faites ce qui vous le met plus à l’aise, ce que vous assumerez le mieux.