DEVENIR MEMBRE Mot de passe oublié
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Combien de couples déchantent après la naissance de leur enfant, pourtant tellement aimé... La naissance d’un bébé ou l’adoption d’un enfant chamboule les repères des jeunes parents, au point que certains ne parviennent plus à profiter pleinement de leur vie de couple. Finalement, être coparent, n’est-ce pas la possibilité de prendre du recul sur cet événement bouleversant ? Un recul nécessaire pour mieux préserver la vie de couple ?

Une fois les préjugés exprimés…

Vous avez sûrement entendu des phrases choc à propos de la coparentalité, du genre « un enfant = un papa + une maman ». A la lecture du titre de cet article, certains pourraient déjà dire des phrases choc du genre « pourquoi faire un enfant si c’est pour le délaisser au profit de vote vie de couple ? ».
Précisons donc qu’il s’agit d’un mode de vie, d’un mode d’éducation et même d’une structure familiale organisée dans le but de promouvoir une vie de famille heureuse.

Se retrouver comme au premier jour

Si l’on prend l’exemple d’une garde partagée ou l’enfant va 1 semaine chez un couple, 1 semaine chez l’autre, chaque couple passe donc une semaine sans enfant. Cela ne signifie pas pour autant que l’enfant n’existe plus : le téléphone, les visites exceptionnelles ou les sorties avec la famille au complet maintiennent le lien et promettent l’épanouissement de l’enfant comme des parents.
Pendant l’absence de l’enfant, les couples éprouvent certes, un manque évident envers leur enfant mais savent aussi en profiter pour se retrouver comme au premier jour, sans le stress du « Est-ce que bébé dort bien? » , ou du « Est-ce que tu lui as donné son médicament ? » ou du « Et tes devoirs ? ». L’occasion de reprendre les habitudes de couples, les sorties en amoureux mais aussi de refaire le plein d’énergie avant le retour de l’enfant.

100% parents tout le temps

L’absence de l’enfant pendant la période où il vit chez l’autre couple leur permet de se détacher des difficultés rencontrées lorsqu’on élève un enfant. La fatigue des nuits blanches, des changements de couches, l’éducation de l’enfant pour qu’il apprenne à ne pas faire trop de bêtises… Face à tous ses soucis rencontrés 24h/24, quel parent n’a pas un jour eu envie d’appuyer sur « pause »?
La coparentalité permet plus ou moins de le faire, sans pour autant oublier qu’on est parent. Le temps d’une ou deux semaines, le couple peut à nouveau dormir normalement, reprendre ses loisirs, sortir avec leurs amis… Tout en restant parent, car on le reste en permanence et pour toujours, en termes de responsabilités, d’affection, de projet de vie.... Le seul réel souci, c’est l’absence de filiation entre le coparent et l’enfant, non reconnu par le gouvernement et par la société en général. Un problème que sans doute, le temps et les lois effaceront un jour, pour le bien-être de l’enfant et de sa famille.