Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

ETRE COPARENTS, LES AVANTAGES ET LES INCONVÉNIENTS

Le thème de la coparentalité est source de débats, opposant les « pour » et les « contre » de cette façon moderne de fonder une famille.

AVANTAGES

Projet réfléchi Choisir de fonder une famille en coparentalité résulte d’une réflexion approfondie, de l’élaboration d’un projet dans ces moindres détails, dans le but d’être parent. La bonne intention qui anime la coparentalité constitue les fondations positives et solides de cette famille coparentale. Famille recomposée « volontairement » Tandis que les familles recomposées, à la suite de divorces ou de séparations, se sont construites sur les déchirements d’un couple, la famille coparentale choisit ce mode de vie où les parents biologiques et sociaux peuvent être jusqu’à 4. Les co-parents s’apprécient, se respectent et se font confiance, suffisamment pour fonder une famille dans un esprit solidaire. Plusieurs adultes référents Pour l’enfant, l’avantage de la coparentalité réside non seulement dans le fait d’avoir été désiré, d’être au cœur d’une organisation qui privilégie son bien-être, mais aussi par la présence de repères parentaux (de 2 à 4) : il se sent entouré, il grandit dans l’esprit de famille. Pour les femmes qui décident de devenir mère célibataire en revanche, le fait d’être l’unique parent peut être perçu comme un poids. Devenir parent dans de bonnes conditions A partir d’un certain âge ou après certains événements de vie déclencheurs, le désir d’enfant s’installe et devient prégnant. Pour les couples homosexuels, hétérosexuels et pour les célibataires qui sont dans cette situation, la coparentalité est la meilleure manière de donner la vie. Ils ne sont pas seuls dans leur projet et se sentent soutenus pour devenir parent dans les meilleures conditions. Facilité de gestion quotidienne de la vie de l’enfant Pour les familles coparentales de 3 ou 4 parents, la légèreté de la situation se traduit par la disponibilité de plusieurs adultes dans le cercle familial, pour gérer l’enfant malgré une vie professionnelle et privée chargée. Chacun peut s’arranger autour de l’enfant, pour privilégier son bien-être.

INCONVÉNIENTS

Vie conjugale séparée de la vie parentale La faiblesse de la coparentalité réside dans le fait que la vie conjugale est séparée de la vie parentale : 2 micro-familles interagissent au quotidien, autour d’un enfant. Des conflits peuvent naître, des difficultés à s’organiser du fait de rythmes de vie différents, de l’éloignement géographique… Eloignement d’un parent biologique Pour l’enfant, grandir plus ou moins éloigné d’un de ses parents biologiques peut être compliqué, selon les relations établies. En cas de distance, cela peut raisonner comme une fracture familiale. Regard des autres Annoncer que l’on devient co-parent fait encore l’effet d’un coup de tonnerre. La société n’est pas encore habituée à ce nouveau schéma familial, les regards et reproches peuvent être lourds à porter. Questions de l’enfant En grandissant, l’enfant peut comprendre la complexité de la construction familiale, et se poser des questions. Questions auxquelles les co-parents devront répondre. Un sentiment de « différence » peut alors se faire ressentir. La coparentalité fait émerger les mêmes réactions que les familles recomposées à l’époque de leur émergence : sans doute bientôt rentrera-t-elle dans les mœurs.