DEVENIR MEMBRE Mot de passe oublié
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Plusieurs années après l’adoption du mariage pour tous, nous avons voulu revenir sur la réalité de l’homoparentalité dans l’Hexagone. Le mariage homosexuel a-t-il permis de rendre l’homoparentalité plus simple, plus heureuse, mieux reconnue ?

Du mariage à l’adoption : en bonne voie !

Le 17 mai 2013 était voté la loi pour le mariage pour tous, ouvrant non seulement le mariage à deux personnes de même sexe, mais aussi leur permettant d’adopter un enfant. De fait, l’homoparentalité est enfin autorisée et reconnue. Un grand pas en avant dans notre société.
Cependant, l’adoption qui a toujours était un parcours du combattant, l’est encore un peu plus pour les couples homosexuels, même 4 ans après l’ouverture du mariage aux couples homos. En effet, des couples homos racontent avoir été confrontés à une contrainte de taille : il leur a été impossible d’accéder à l’adoption d’enfants pupilles de l’État, qui auraient été réservés aux couples hétérosexuels, selon une information publiée par Marie Claire. Ne reste donc plus que l’adoption d’un enfant provenant de l’étranger. Non pas que cela pose un problème en soi, mais cela complique forcément la démarche, ne serait-ce que pour rencontrer l’enfant avant son adoption. Des déplacements dans des pays lointains ne sont pas à la portée de tous.
Il y a donc du progrès à faire pour que l’adoption soit réellement ouverte aux couples homos, si l’on en croit ces témoignages.

Du mariage à la PMA : peut mieux faire !

C’est aussi à l’époque de la loi du mariage pour tous que le gouvernement avait annoncé l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, et non pas à celles pouvant justifier d’une vie de couple avec leur conjoint depuis plus de 2 ans. 4 ans après, ce n’est toujours pas fait, si bien que les couples lesbiens ont opté pour une ruse légale leur permettant de devenir mères en procédant à une PMA à l’étranger (Belgique, Espagne et Danemark principalement, qui autorisent la PMA contrairement à la France). L’enfant né de cette PMA peut ensuite être légalement adopté en France. Une démarche qui reste tirée par les cheveux même si elle permet aux couples lesbiens de devenir parent, le plus naturellement possible.

2018 : l’année de la PMA pour tous ?

Après consultation du comité d’éthique qui a rendu un avis favorable concernant l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, le gouvernement proposera en 2018le projet de loi. Celle-ci devrait permettre une Procréation Médicalement Assistée, soit par insémination avec donneur de sperme (= insémination artificielle), soit par FIV.
Une légalisation qui permettrait aux couples homosexuels de pouvoir fonder leur famille aussi sereinement qu’une autre. Loin des contraintes législatives et de la nécessité de se rendre à l’étranger pour devenir parent, l’homoparentalité ne pourra que se porter mieux. Mais, rien n’est fait à ce jour, les LGBT restent donc dans l’attente, et ce depuis 2013.
Si effectivement la loi l’autorise enfin, la PMA sera aussi facilitée pour les couples hétérosexuels qui ne peuvent justifier de leur vie de couple pendant les 2 dernières années.